Vassilissa

   

PRIX ET FESTIVALS :

  • KERALA Festival International (Inde)
  • MALMÖ International Fantastik Film Festival (Suède)
  • WEITERSTADT 26ème Festival Plein Air (Allemagne)
  • KIMERA International Film Festival (Italie) 2003 GRAND PRIX
  • FEYZIN (Rhône-Alpes)
  • DIJON Festival « Fenêtres sur courts »
  • BUCAREST DAKINO International Film Festival (Roumanie)
  • SARLAT 11ème Festival du Film
  • TEHERAN 18e Festival International du Court Métrage (Iran)
  • FOYLE 15ème Festival du Film (Irlande)
  • ACIGNE Festival CINEMA 35 (Ille-et-Vilaine)
  • CAEN Festival de la Guérinière
  • Festival d’AIGUES-MORTES (Gard) PRIX DU PUBLIC
  • TROUVILLE-SUR MER Festival « Off Court »
  • ODENSE International Film Festival (Danemark)
  • SAINT-AFFRIQUE Festival du Film Francophone

RESUME
« Tu vas reprendre la route, droit devant toi, sans t’arrêter, par delà les Sept Forêts. Au bout de cette longue route, tu trouveras une demeure, tu y frapperas et tu offriras tes services… »
Il était une fois l’histoire de VASSILISSA, ou comment, pour ramener son frère à la vie, la jeune femme devra se rendre là où dorment les Ombres, à l’image des plus anciens mythes et de la plus folle ambition de l’Homme.

FICHE TECHNIQUE
Durée : 18’03 » – 35 mm – 1’85 – Son DTS SR – Visa : 102895

Avec : Cécile THEODORE (Vassilissa)
Odile CHAPAL (La vieille femme)
Alessandro GAZZARA (Le frère de Vassilissa)
Anne BOURGES (La voix de la Poupée)

Scénario & réalisation : Gaël AYMON
Image : Wilfrid SEMPE
Montage : Estelle FOUQUE
Son : Agnès COLLINET
Assistante réalisation : Florence BERMOND
Décors : Frédéric BONNET
Costumes : C. JOUSSET & G. BOURGEON
Création Poupée : Cyril VALADE
Mixage : Jean de SAGEY
Musique : Sergueï PROKOFIEV
Photos : Marie Gourion

PRESSE
MAD MOVIES avril 2002 n°141
(…) Ayant choisi de ne céder à aucune des tendances actuelles du petit monde du court métrage (sketch précieux type FEMIS ou démonstration technique dite « de genre »), l’équipe de Gaël Aymon s’est retrouvée perdue dans les limbes où végètent les projets en marge. Après deux années d’acharnement, et l’aide in extremis du Conseil Général du Finistère, ils auront pu monter leur conte spécifiquement latin, remplacer le recours aux effets spéciaux par des techniques plus traditionnelles « in camera » (marionnettes, jeux d’ombre et de lumière, pantomime, etc…) et refuser un sur-découpage devenu normatif pour toute fiction à caractère fantastique. Une attention particulière a ainsi été portée à la photo (assurée par Wilfrid Sempé) dont les teintes rappellent curieusement « l’Arbre aux sabots » d’Ermanno Olmi, ainsi qu’au son (Agnès Collinet) entièrement recréé et mixé en DTS SR. Les courts français à caractère poétique étant le plus souvent bâclés, le soin délicat apporté à « Vassilissa » contraste agréablement avec toute une portion de la production actuelle.

OUEST France 10 décembre 2001
(…) Quelles images! Superbes, dans les ors et pourpres sur fond noir, comme dans les livres de contes,
avec un rythme lent, comme une respiration. Toute l’histoire se passe dans une ambiance entre chien et loup,
dans un décor monumental. Certes l’inspiration vient du mythe grec d’Orphée,
repris maintes et maintes fois, mais là encore, le miracle a lieu, et laisse place
à l’imagination d’un jeune auteur contemporain, Gaël Aymon lui-même,
qui transpose l’histoire dans une ambiance de conte russe, avec des morceaux
de musique de Prokofiev et un décor breton. L’ensemble fonctionne très bien.
Un moment de poésie et de charme qui dure trop peu.

Publicités